Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

Dysplasie coxo-fémorale

Dysplasie = Malformation ou anomalie dans le développement d'un tissu ou d'un organe résultant d'un trouble de l'embryogenèse.


La dysplasie de la hanche (coxofémorale) est donc une anomalie de l'articulation de la hanche résultant d'une malformation ou d'une anomalie de l'un des composants de cette articulation.


Les composants de l'articulation de la hanche:

- surface articulaire: - la tête du fémur - l'acétabulum - le ligament coxofémoral qui relie les deux surfaces articulaires - la capsule articulaire qui contient le liquide synovial (sans oublier les muscles qui entourent l'articulation)





La dysplasie est donc une anomalie dans la stabilité de l'articulation, tout d'abord à cause d'une laxité articulaire excessive (donc anomalie de la capsule articulaire et du ligament, ainsi que du maintien musculaire), qui conduit à des déformations osseuses,
microfractures , et enfin le développement de l'arthrose. Sur une hanche normale et saine, les surfaces articulaires s'emboîtent parfaitement: elles sont géométriquement complémentaires les unes des autres. Et c'est le ligament coxofémoral ainsi que la capsule articulaire qui permettent de maintenir l'engagement de l'un dans l'autre (regardez le schéma ci-dessus: si l'on enlève les muscles et le ligament, le fémur 'tombe').
Vous pouvez faire une radiographie dysplasique à un chiot si vous avez des doutes sur l'état des hanches, mais pour les citations, il faut attendre que le chien ait 12 mois (soit 1 an) pour que la radiographie puisse être valide.

Une hanche dysplasique est:

-une hanche où le ligament coxofémoral est trop 'long'. Il y a alors trop de laxisme articulaire. Ainsi, même si les surfaces articulaires sont parfaitement adaptées l'une à l'autre, le fémur n'est pas maintenu par le ligament dans l'acétabulum et l'articulation est à nouveau instable: le fémur mal tenu par le ligament va buter contre l'acétabulum à chaque pas ce qui crée à nouveau le microtraumatisme osseux et donc l'arthrose et la hanche sub-luxent ou se luxent.

-Sous l'effet de ces mouvements anormaux du fémur par rapport à l'acétabulum, ces surfaces osseuses vont se déformer: elles ne s'emboîtent alors plus car l'une des deux (ou les deux) surfaces n'est plus géométriquement adaptée à l'autre (par exemple , un acétabulum trop plat, une tête du fémur pas assez ronde ... alors essayez d'insérer un carré dans un cercle). Cela conduit à un problème de congruence = nidification, donc lorsque la hanche est en mouvement elle est encore moins stable, le fémur ne 'glisse' pas parfaitement dans l'acétabulum. Cela crée également un frottement de la tête du fémur dans l'acétabulum et donc un microtraumatisme osseux qui entraîne alors une arthrose. Il y a une auto-aggravation du phénomène.





(D. Remy)
De plus, le recouvrement de la tête du fémur par l'acétabulum n'est pas correct: l'acétabulum «n'entoure pas» suffisamment la tête du fémur, ce qui «permet» à la hanche de se sous-luxer ou de se luxer, c'est-à-dire que la tête du fémur sortira plus ou moins de l'acétabulum lors de certains mouvements. D'où encore un traumatisme osseux et une arthrose.





(D.Rémy)



Les muscles


Bien sûr, les muscles tentent de compenser les défauts de la hanche: ils compensent au mieux le défaut ligamentaire en maintenant le fémur dans l'acétabulum. Ils permettent une meilleure stabilité de l'articulation en limitant les sous-luxations. Cela explique pourquoi un chien très musclé ne montrera pas nécessairement de signes cliniques de DDH.


La laxité est la cause des déformations osseuses et de la formation d'arthrose.
Chez certains chiens, cette laxité ligamentaire existe mais elle est «masquée» par l'action des muscles qui maintiennent correctement la hanche et permettent à cette laxité de ne pas s'exprimer, de sorte que des déformations osseuses n'apparaissent pas. C'est ce qu'on appelle le laxisme passif. Chez les autres chiens avec trop de laxité, les muscles ne suffisent pas à stabiliser l'articulation et des déformations osseuses apparaissent. C'est ce qu'on appelle la laxité active.

Causes de la dysplasie de la hanche:



La dysplasie de la hanche est une maladie qui dépend d'un système polygénique et qui peut être influencée par l'environnement externe. Génétique: Cette maladie dépend de la génétique quantitative. En d'autres termes, un certain nombre d'allèles délétères (anormaux) sont nécessaires pour que la maladie apparaisse: c'est une maladie seuil. Ensuite, lorsque ce seuil est dépassé, s'il y a encore plus d'allèles délétères, les symptômes s'aggravent.

Donc, en essayant de garder les choses simples. Un chien a deux copies du même gène pour chaque gène (comme nous), ces deux copies étant appelées les allèles du gène. dans une population donnée, il peut y avoir des milliers d'allèles différents pour le même gène. exemple le gène 'couleur des yeux' a les allèles 'bleu' 'marron' 'noir' 'rouge' 'vert' etc.;

Ainsi, le déterminisme génétique de la DDH est très très complexe: on ne connaît pas les allèles délétères ni même les gènes impliqués. Le fait qu'il y ait beaucoup de gènes impliqués complique le problème: en regardant le résultat des parents, nous ne pouvons pas dire si la progéniture sera dysplasique ou non.

L'environnement: sur la base génétique, s'ajoutent des facteurs environnementaux au cours de la croissance: régime (un excès ou une carence en certains composés), la vitesse de croissance, le poids du chien, l'activité du chien, etc. , un chien génétiquement sain qui grandit à pleine vitesse avec un surpoids de 15 kilos et parcourt 20 kilomètres par jour peut être dysplasique.



Les signes cliniques de la DDH:


-la folie ou de simples irrégularités dans la démarche (chien à la démarche balancée ou qui va déambuler)
-douleur froide: le chien a du mal à se lever, il est raide au réveil.
-douleurs à l'effort: le chien ne se tient pas debout sur ses pattes arrière contre un mur ou une table, a du mal à sauter, etc.


Les conséquences pour le chien:


douleur! le chien a des douleurs pendant l'effort et / ou après l'effort: au repos, l'arthrose est douloureuse. Bien sûr, l'évolution se déroule sur plusieurs mois voire plusieurs années.
handicap dû entre autres à la douleur: plus le chien fait mal, moins il met d'effort sur sa hanche (moins musclée) et donc plus il fait mal et moins il est flexible.



Dépistage / diagnostic de la dysplasie de la hanche:


À l'examen clinique: le chien a mal lors de la manipulation de la hanche. Lorsque vous étendez la hanche en arrière, que vous la pliez vers l'avant ou que vous écartez la patte sur le côté, cela montre une douleur.
Sur la radiographie: Nous prendrons une radiographie des hanches étendues vers l'arrière, avec les rotules du genou au zénith (vers le haut): cette position met en évidence la (sous) luxation des têtes des fémurs s'il y a une problème. Alors quand on va regarder la radio, on va regarder plusieurs choses: les surfaces articulaires (régularité, concordance ...) l'espace articulaire et la (sous) luxation de la hanche.


Position du chien pendant la radio.





(D. Remy)



Lecture des radiographies de la hanche, système de notation français:


Hanche A: Aucun signe de dysplasie, congruence et coaptation parfaites, angle NORBERG-OLSSON> 105 °


Hanche B: Soit l'angle NORBERG-OLSSON est compris entre 105 ° et 100 ° et la coaptation et la congruence sont parfaites ou presque normales. Soit l'angle NORBERG-OLSSON est supérieur à 105 ° avec une congruence plus ou moins bonne.


Hanche C: Dysplasie légère. Angle entre 100 ° et 105 ° et congruence moyenne.


Hanche D: Dysplasie modérée. L'angle entre 100 ° et 90 ° et la congruence est vraiment mauvais. Cette étape s'accompagne souvent d'un aplatissement de l'acétabulum et d'une possibilité d'arthrose, mais ce n'est pas systématique.


Hanche E: Dysplasie sévère. Il y a (sous) luxation de la tête du fémur et l'angle est inférieur à 90 °. Cette étape s'accompagne souvent, en plus des manifestations du stade D, d'une anomalie dans la conformation de la tête du fémur.





Pourquoi une radiographie avec anesthésie permet-elle un meilleur diagnostic par rapport à celle sans?
Lorsque le chien est éveillé pour la radio, il contracte ses muscles, d'une part parce qu'il est stressé (rares sont les chiens qui aiment être mis sur le dos avec quelqu'un qui tire leurs pattes arrière et un autre qui bloque les pattes avant, le tout sur une table dans ... une clinique vétérinaire)
Lorsque le chien est anesthésié (en prenant soin d'utiliser des produits relaxants musculaires = qui détendent les muscles), ses muscles se relâchent et ne participent plus au maintien des têtes dans l'acétabulum: on peut donc voir si le ligament et les surfaces articulaires sont suffisants pour tenir les têtes dans la bonne position. Alors que le chien est éveillé, on ne sait pas si les hanches sont bonnes ou si ce sont les muscles qui compensent les défauts des hanches: lorsque le chien a une hyperlaxité passive, sa dysplasie ne peut pas être détectée radiographiquement s'il ne le fait pas. ne dort pas.
En fait, chez ces chiens, le seul signe de dysplasie est l'hyperlaxité qui est masquée par les muscles qui se contractent. En revanche, un chien qui a une hyperlaxité active aura des déformations osseuses, de l'arthrose, et donc même sans voir de laxisme s'il ne dort pas, nous verrons des anomalies osseuses.

Le dépistage AVEC anesthésie est donc préférable au dépistage sans anesthésie pour connaître la valeur réelle des hanches du chien.

Pour faire simple: un chien avec de très bonnes hanches aura à peu près le même score peut-être dans une certaine mesure avec et sans anesthésie. Mais un chien avec des hanches moyennes a de fortes chances de sortir A ou B sans anesthésie. Alors qu'en réalité,ses hanches sont bien pires et que le professionnels de santé pourrait lui attribuer un C sous anesthésie .

<